Aimer ce qui est 

Vers la fin de la souffrance 

titre du livre phare de Byron Katie, résume l’essentiel du Travail®.

Parmi les méthodes que j’ai expérimentées pour transformer mes systèmes de croyances, Le Travail® est l’un des outils les plus puissants que je connaisse. Par-dessus tout, j’apprécie sa simplicité. Il a le mérite d’être gratuit, disponible en français et surtout, il produit des résultats remarquables. Il consiste à se poser quatre questions au sujet d’une pensée qui nous cause de la détresse, à attendre les réponses et à explorer les « retournements ».

La raison d’être du Travail® n’est pas de se débarrasser de nos pensées stressantes: ce serait impossible. Vos pensées ne sont pas la cause du stress que vous expérimentez mais une « interprétation fausse » de votre réalité. Votre stress est le résultat de croire une pensée qui conteste la Réalité.

« Le stress est une sonnette d’alarme qui vous rappelle que vous adhérez à quelque chose qui n’est pas vrai pour vous. » Byron Katie

Pourquoi questionner vos pensées stressantes ?

Lorsque nos pensées contestent la Réalité, nous expérimentons le stress de différentes façons : tensions physiques, frustrations, émotions désagréables, pensées obsessives, addictions (alcool, drogue, sexe, travail à outrance, tabagisme, surconsommation de biens, de nourriture).

Chaque fois que nous argumentons avec la Réalité, nous investissons notre précieuse énergie dans un match perdu d’avance : nous nous positionnons en victime. La Réalité que votre enfant se développe moins rapidement que celui de votre soeur ne cause pas de stress. Le stress apparaît à partir du moment où vous croyez la pensée que votre enfant « devrait » être autrement que ce qu’il est. Questionner nos pensées stressantes nous permet d’explorer notre expérience de la souffrance et de remettre en question ce qui nous « semble être vrai » à propos de nos pensées.

On questionne nos pensées afin de sortir de nos ornières et d’aborder la réalité de façon neuve, créative, sous de nouveaux angles. Dès que nous cessons d’argumenter sur la façon dont les choses « sont », sur la façon dont les autres « devraient être ou se comporter », nous retrouvons notre pouvoir, nous devenons libres.

Ouvrir notre esprit à de nouvelles façons d’appréhender la vie ouvre en même temps notre coeur à l’amour et nous réconcilie avec la Réalité. 

Toutes les pensées auxquelles nous nous attachons inconsciemment tissent les mailles du filet de la réalité que nous expérimentons dans notre vie. Tel un dictateur, notre filet de croyances restrictives nous emprisonne dans un carcan, une façon limitative d’être, de penser, d’aimer, de créer notre vie.

À quoi ressemble ce filet de croyances à partir duquel vous créez inconsciemment votre vie ?

Ressemble-t-il à celui-ci ?

• Je dois travailler fort pour réussir
• Ils ne devraient pas me mentir
• Ma conjointe devrait me comprendre
• Mon conjoint devrait prendre soin de moi
• J’ai besoin d’être en contrôle dans ma vie
• Je dois être parfait
• Je n’y arriverai pas
• L’argent est sale
• Je n’ai jamais assez de temps
• Je n’ai pas le droit d’être qui je suis

Instructions pour faire le Travail

Le Travail peut être pratiqué seul ou avec un partenaire. Tout ce dont vous aurez besoin : un esprit ouvert, un crayon et une feuille de papier.
Très simple, la démarche se résume à poser quatre questions, à attendre les réponses et à explorer les « retournements ». On ne travaille qu’une seule pensée à la fois et on laisse tomber les « mais » et les « parce que ».

C’est une pratique méditative puissante si nous prenons le temps de laisser résonner les questions en nous, d’écouter, de contempler et de laisser les réponses émerger du plus profond de nous-même.

Identifier la pensée stressante à questionner

Pour commencer, rappelez-vous une situation problématique où vous vous êtes senti blessé, frustré, incompris ou déçu et pourquoi.

De quelle situation s’agit-il ?
Je vous invite à fermer vos yeux et à contempler cette situation où vous étiez  fâché ou blessé.
Alors, identifier cette situation maintenant et observez contre qui vous étiez fâché.
Qui vous mettait autant en colère ou vous blessait ?
Identifier pourquoi vous étiez autant en colère contre cette personne.

Voici un exemple :
La situation problématique décrite brièvement : vous êtes assis en réunion avec des collègues de travail et la direction ; un collègue a émis ce commentaire ( ….) à votre sujet
À quel moment cette situation est arrivée :  hier fin de l’avant-midi ou … il y a 10 ans à l’automne
Où est-ce que ça se passe : ex. dans la salle de conférence de la compagnie X
Qui vous déçoit, vous frustre ou vous blesse : Jean
Pourquoi vous êtes déçu, frustré ou blessé : Jean ne me respecte pas.

Notez sur une feuille blanche
–  Votre situation problématique :
–  À quel moment cette situation est arrivée :
–  Où est-ce que ça se passe :
–  Qui vous déçoit, vous frustre ou vous blesse :
–  Pourquoi vous êtes déçu, frustré ou blessé :

Formulez la pensée « stressante » dans cette situation : ici ce pourrait être l’une ou l’autre de ces formulations :
« Il ne me respecte pas » ou
« Il devrait me respecter. »

Écrivez votre pensée à questionner. La formulation doit être courte. Vous êtes maintenant prêt à répondre aux 4 questions.

Les quatre questions

1.   Est-ce que c’est vrai ?

2.   Pouvez-vous être absolument certain que ce soit vrai ?

3.   Comment réagissez-vous, que se passe-t-il quand vous croyez cette pensée ?

4.   Qui seriez-vous sans la pensée ?  

À titre d’exemple, voici comment les quatre questions pourraient s’appliquer à la phrase « Jean devrait me respecter ».
1.   Dans cette situation, est-ce que c’est vrai ?  Est-ce que c’est vrai qu’il devrait vous respecter ? Demeurez silencieux. Attendez la réponse du coeur. (oui ou non. Si non, passez à la question 3.)
2.   Pouvez-vous être absolument certain que ce soit vrai  ?
Finalement, pouvez-vous vraiment savoir s’il sait comment respecter les autres ?
Pouvez-vous même savoir que c’est dans son meilleur intérêt de vous respecter ? La réponse ne peut être que oui ou non.
Fermez vos yeux, attendez que la réponse apparaisse.
3.   Comment réagissez-vous,  que se passe-t-il quand vous croyez cette pensée ?
Qu’est-ce qui se passe quand vous pensez qu’il devrait vous respecter et qu’il ne vous respecte pas ? Ressentez-vous de la colère, du stress ou de la frustration ? Permettez-vous de ressentir physiquement comment vous réagissez quand vous croyez cette pensée.
Le regardez-vous de travers ? Essayez-vous de le changer ? Comment vous sentez-vous quand vous réagissez ainsi ?
Soyez franc. Faites le Travail avec la motivation sincère de découvrir la Vérité.
Comment traitez-vous les autres quand vous croyez la pensée ? De quelle façon les jugez-vous ? Laissez-vous aller au défoulement.
Comment vous traitez-vous dans cette situation?
Demeurez silencieux, écoutez.
Cette pensée apporte-t-elle du stress ou de la paix dans votre vie ?
4.   Qui seriez-vous sans la pensée ?
Prenez le temps de vous imaginer dans la même situation en présence de la personne dont vous souhaitez le respect. Maintenant, imaginez que vous regardez cette personne, juste pour un moment, sans la pensée. Que voyez-vous ? Votre vie ressemblerait à quoi sans cette pensée ?
Qu’est-ce qui change en vous ?

Les retournements de la pensée

Soyez créatif avec les retournements car ce sont des opportunités « efficaces » de découvrir le contraire de ce que nous croyons être vrai. Ils nous révèlent des aspects jusque là méconnus de nous-même, reflétés par les autres. Une fois que vous avez trouvé un retournement, allez en vous-même et permettez-vous de le ressentir pleinement.

Pour chaque retournement, trouvez au minimum 3 exemples authentiques et précis où ce retournement est vrai pour la situation « travaillée » actuellement. Le but des retournements, c’est de découvrir des alternatives concrètes, susceptibles de vous apporter la paix et non de vous blâmer ou de vous faire sentir coupable.

– Inversez votre pensée stressante en formulant son contraire.
Par exemple l’inversion de « Il devrait me respecter. » est :
« Il ne devrait pas me respecter. »

– Inversez votre pensée stressante vers l’autre.
Je devrais le respecter. »

– Inversez votre pensée stressante vers le soi.
Je devrais me respecter. »

Demandez-vous maintenant : Lequel de vos retournements est le plus vrai ?
« Il ne devrait pas me respecter. »
Je devrais le respecter. »
Je devrais me respecter. »

Les bienfaits ressentis avec la pratique

• Le sentiment de « revenir à la maison », de retrouvailles avec soi,  notre vérité
• Un état de lâcher-prise, de libération à la fois physique et mental
• Paix profonde, joie, gratitude
• La pensée qui nous causait de la souffrance est disparue.

Plus vous faites Le Travail®, plus vous vous libérez. Avec la pratique, vous deviendrez de plus en plus habile à identifier, questionner vos pensées stressantes et à vous en libérer.

Pour en apprendre davantage à propos du Travail®, regardez les vidéos de Katie appliquant les quatre questions sur des sujets variés et profitez des différentes ressources gratuites sur son site en allant sur : TheWork.com
ou sur : Le Travail de Byron Katie

Pour découvrir quel impact Le Travail® a eu sur moi, lisez mon parcours.
Prêt à découvrir la vérité à propos de vos pensées ?

Voir les prochains ateliers sur Le Travail®